Attraction et fidélisation des talents : les RH sous tension

Shot of woman sitting on a swiss ball while working at her computer in an officehttp://195.154.178.81/DATA/i_collage/pu/shoots/805874.jpg

Bien avant la crise sanitaire, l’émergence de Chief Happiness Officer ou encore le développement du modèle de management Start-up en entreprise avaient mis en lumière les nouveaux besoins des salariés. Aujourd’hui, ils sont 27% à souhaiter une meilleure conciliation entre vie personnelle et vie professionnelle (Etude IFOP – SIACI SAINT HONORE – Wittyfit Mai 2020*)

Dans le but d’attirer et de fidéliser leurs collaborateurs, les ressources humaines ont donc un réel intérêt à identifier et comprendre les attentes de leurs salariés, de leurs talents et des candidats en phase de recrutement.

Bien être en entreprise : une tendance ?

Depuis plusieurs années maintenant, les entreprises s’éloignent du modèle où elles focalisaient  uniquement leur attention sur la performance, l’efficacité ou la réactivité. Aujourd’hui, la condition des salariés est prise en considération. En effet, au-delà des questions d’absentéisme lié à la santé, on observe une attention nouvelle au bien-être du salarié en complément de la prévention des risques.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit le bien-être au travail comme “un état d’esprit caractérisé par une harmonie satisfaisante entre d’un côté les aptitudes, les besoins et les aspirations du travailleur et de l’autre les contraintes et les possibilités du milieu de travail “. Ainsi, le « bien-être au travail », ou « qualité de vie au travail », pourrait se mesurer au sein d’une entreprise via un ensemble de facteurs plus ou moins identifiables tels que la sécurité et l’hygiène des locaux, la protection de la santé ou actions de prévention des salariés, l’impact physique ou les risques psychosociaux des missions ou encore l’ergonomie de l’espace de travail, etc.

Des attentes fortes en qualité de vie au travail

Les directions des ressources humaines sont en première ligne car dès les premiers entretiens, les candidats s’intéressent aux conditions de travail pour savoir si elles répondent à leurs besoins et à leur vision d’un cadre de travail épanouissant. Au-delà de la prise en compte par le futur employeur de l’équilibre vie privé / vie professionnelle, les questions peuvent aborder les dispositions en matière de télétravail ou plus largement d’organisation et de culture d’entreprise.

En complément du dialogue social et des actions de prévention et de santé, c’est donc tout un champ d’avantages recherchés par les collaborateurs qui doivent donc être intégrés par les entreprises si elles souhaitent attirer et fidéliser leur capital humain, leurs talents.

Par ailleurs, la qualité de vie en entreprise a un impact direct sur la performance. Elle aura des effets sur la coopération, la créativité, l’efficacité de vos collaborateurs mais également sur leur santé. Il est donc essentiel de pouvoir la mesurer et d’identifier les leviers pouvant l’améliorer.

Dans le contexte actuel de post confinement et d’après une étude réalisée pendant le confinement*, les salariés attendent en priorité de leur responsable hiérarchique une reconnaissance dans leur travail et dans leur implication notamment à distance. Une valeur qui a pris d’autant plus d’importance avec l’augmentation du télétravail.

La seconde grande attente exprimée dans cette étude par les salariés concerne l’aspect psychologique c’est-à-dire travailler dans un climat de confiance au sein de son équipe et se sentir soutenu dans les difficultés.

Il devient donc essentiel pour les entreprises de s’intéresser pleinement au sujet de la qualité de vie au travail de leurs employés. Pour les accompagner, elles peuvent faire appel à des intermédiaires tels que SIACI SAINT HONORE qui réaliseront des diagnostics permettant de déterminer le niveau de bien-être (confort des espaces de travail, relations entre collègues, lien avec le management…) et ainsi définir des programmes  adéquats, vecteurs d’engagement et de performance économique durable.

* Etude menée par l’IFOP pour SIACI SAINT HONORE - WITTYFIT sur un échantillon de 1003 personnes représentatif de 
  la population française salariée.

PARTAGEZ CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Dans la même catégorie

Rejoignez plus de 3500 entreprises clientes

Détaillez votre projet à nos conseillers-experts

Demande de contact

Inscription Newsletter

Demande de Rappel

[fragment]

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour enregistrer vos choix tout au long de votre navigation sur le site (comme le choix de la langue) et certains renseignements sur votre navigation ( comme la durée de votre visite). Ils permettent donc de faciliter votre navigation. Sans eux, il serait impossible d'éditer des devis en ligne.